Le sur-sur-lendemain de la veille

Celui avec les vacances (et IAC2 en passant)

C24, J16, DPO2, CC89

Après moultes péripéties, nous voici enfin connectés (et absolument pas merci à jauneplusrouge dont le service après-vente est à ch@er).

IAC2 a eu lieu mardi, il y a deux jours. Si je devais choisir un mot pour résumer cet évènement, je dirais « culpabilité » sans aucune hésitation. Le doc nous reçoit entre deux chirurgies, nous sentons bien qu’il est pressé et que notre cas « simple » (ben oui, nous sommes des fertiles impatients) ne le passionne pas. Je pose quelques question (Millie, le doc confirme qu’on peut porter tout le temps un tampon pour éviter l’utrodégueu qui dégouline le long des guiboles – en passant, l’ovaire gauche hyper-actif serait très possiblement kysté mais c’est pas grave, comme ça c’est dit… – le doc ne nous donne pas le buletin des licornes domestiquées, ça pue…) et j’ai l’impression d’encore plus l’ennuyer. McGentil se transforme en McOnlefait chier… 30 minutes la tête en bas et puis s’en va. Le doc nous recommande le poney sauvage le soir même (c’est pas comme si on tentait cette méthode depuis 23 cycles sans succès…) car mon taux de LH indiquait une probable ovulation en cours et donc le timing est bof bof pour l’IAC. Choueeeeeettttte…

Notre romantique nid d’amour de relâchage de licornes sauvages, faut c’qui faut…

Image

En sortant de là, Biquet et moi nous disputons. Je ne comprends pas pourquoi le doc nous « traite » comme ça alors qu’il est celui qui nous recommandait les IAC rapides. Biquet pense que le doc aurait souhaité que nous attendions 12 à 18 mois avant de nous lancer officiellement en PMA (mais pourquoi nous dire 2-3 mois alors ???). Ça n’a aucun sens. Il me trouve trop impatiente. Je réponds à cette accusation par un long silence ; je réfléchis, suis-je impatiente ? Je réalise et explique à mon homme que non, je ne veux pas absolument être enceinte là maintenant. Ce qui me tracasse, c’est l’incertitude, pas le temps : serai-je un jour enceinte ? Aurons-nous notre petite famille telle que nous l’avons rêvée, nos 3 enfants ? Intrinsèquement, cette incertitude est liée au temps qui passe, à cette grossesse qui tarde à venir. Plus la grossesse tarde, plus le mur se rapproche, plus j’angoisse. Biquet comprend. La route des vacances peut enfin officiellement commencer : le sud, le soleil et les cigales, nous voilà !

Le lendemain, je me réveille avec l’utérus et les ovaires douloureux. J’ai le ventre gonflé (je sais à présent de quoi j’aurai l’air à 4 mois de grossesse, si ce jour arrive). On dirait qu’il y a eu une guerre là-dedans (entre licornes domestiquées et licornes sauvages peut-être ?). C’est trop le top le bide gonflé même si tout vide pour la plage. Le paréo est mon ami. Je n’ai pas eu ça lors de la première IAC. Peut-être est-ce le résultat de l’ovulation induite naturellement et via pregnyl en même temps ? Au bout de 2 jours de douleurs, je remarche à nouveau sans me courber : YES ! Les filles qui passent par les stimulations et les prélèvements d’ovocytes, vous êtes mes héroïnes !!

Une spéciale pour Madame Hiberne et Millie.  

Image

Nous voici à présent bien installé dans notre chez nous pour les prochains jours. Le soleil est au rdv. Nous avons rapidement retrouvé notre rythme de vacances : vélo, longues balades, lecture sur la plage, cornet de glace le soir. La vie est belle. J’essaye d’oublier le reste, même si le fourrage de frifri à l’utrodégueu 3x par jour et les 5 comprimés journaliers de vitamines me rappellent trop souvent à la réalité. En même temps, j’essaye de mettre toutes les chances de notre côté : 1) j’ai trouvé la fameuse huile de pépins de courges et j’en enduis mes tomates ma salade ;  2) nous ne voyageons pas seuls, comme vous pouvez le voir sur les photos ; 3 à 150) tous les autres trucs débiles qu’une pmette pleine de dés-espoir peut faire pour avoir l’impression de mettre toutes les chances de son côté.

En vrac :

Le sourire de la crémière Hier matin, nous achetons du fromage sur le marché. Je demande à la dame si c’est du lait cru ou pasteurisé. Elle me félicite (b@rdel de bide gonflé). Les larmes montent, je suis incapable d’accepter ses félicitations, j’explique en deux mots que non je ne suis pas enceinte mais en traitement PMA. Elle me sourit gentiment et croise les doigts. Un joli instant de partage et d’espoir au final.

Image

Le cas Biquet Tu le crois ou tu le crois pas, mais mon homme est en train de se transformer en « infertile aigrie ». Il lit « Un GPS pour la cigogne », il menace (en riant je te rassure) d’écraser les PB que nous rencontrons, il remarque la douloureuse présence de bidons ronds dans la salle d’attente du gynéco et, tiens-toi bien, il vient de se découvrir une passion pour candy cruche !!! Après des mois de niage en mode « je suis pas pressé d’être père », je l’avais pas vue venir celle-là… Il prend même ses vitamines sans rouspéter !!!

Les parents Biquet silence radio sur « notre secret » depuis que nous leur avons parlé. Mes parents par contre sont choqués par leur théorie du « blocage psychologique à cause de la thèse ». Moi ça m’est passé au-dessus de la tête (put@in, qu’est-ce que je grandis !!!) même si ça me conforte dans notre choix de ne pas leur avoir parlé plus tôt.

La littérature et les clichés Je suis l’heureuse propriétaire d’une liseuse électronique. De temps en temps, j’y charge des bouquins « tombés du camion » sans trop savoir de quoi ils parlent. Ce matin, je commence un de ces livres. C’est un truc léger, tout adapté au lézardage sur la plage. Très vite, je réalise qu’on y cause infertilité. Chouette ! Alors que je dévore le truc, mes yeux s’écartent de plus en plus, au fil des clichés gros comme une maison un gratte-ciel qui s’enchaînent. Laisse-moi te raconter : On suit un jeune couple infertile (infertilité inexpliquée pour la petite histoire) et leurs parents (madame est la maman de la fille, monsieur le papa du mec, pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué). Après avoir servi à leurs enfants des conseils plus avisés les uns que les autres (« faut pas y penser », « partez en vacances », « ça finira par arriver » toussa toussa), voilà t’y pas que madame (la mère, 50 printemps et des poussières au compteur) tombe en cloque. Le vieux couple annonce la nouvelle au jeune couple en public, verre de champ’ à la main et s’offusque lorsque la demoiselle s’écroule (ces jeunes pourris gâtés qui manquent de compréhension quand même !). Le couple de parents décide alors de donner leur bébé au jeune couple. Tout le monde est heureux, bonheur, soleil et cigales qui chantent. Sauf que, à quelques semaines de la naissance, j’te le donne dans le mile, la jeune femme… tombe enceinte à son tour, ou comment remettre aux goûts du jour l’histoire du couple pour qui ça marche alors qu’ils allaient adopter …

A ville-sur-fontaine

Image

Sur ce, je m’en vais retourner siroter mon verre de rosé de tisane glacée (ch’suis sage hein, prends en note DNLP !)

Publicités

35 réflexions sur “Le sur-sur-lendemain de la veille

  1. J’adore tes photos!! Super à monsieur biquet qui tombe du coté obscur de la force!! Le mien aussi devient parfois bien aigri 😉 et gonflé le doc « pas super niveau timing » nan mais oh! En tout cas profite bien de tes vacances, au moins il fait beau et ca va nous rendre vertes de jalousie^^ bisous biquette

  2. Logique d’avoir peur de ce temps qui passe quand nous restons au même point, c’est à dire le ventre vide, et le cœur triste d’une maman sans enfant, alors non tu n’es pas impatiente de porter la vie, et j’espère qu’elle viendra vite s’installer en toi ! XXX ❤
    excellente les photos et je vous souhaite de très bonnes vacances !

  3. Profite des vacances biquettes et j’espère que tes lémuriens vont te porter chance! C est dommage que prof mac gentil soit moins gentil. Bon l important c est qu il soit compétent. Ne prend pas trop de coups de soleil. Bises

  4. C’est quoi ce livre de merde ? C’EST QUOI ?? Balance !!!!
    J’ai une liseuse aussi, on fait tourner si tu veux ?
    Merci pour le coup des tampons.
    Et la photo… 🙂
    Ton post, ya pas que du marrant dedans, mais je t’y sens bien. J’espère que c’est le cas !!
    Profite !!!
    Bisous

    • Ce livre c’est caca (quoi, t’as pas vu Rain Man? Réplique culte!! la prochaine fois, j’te le fais version « folie des grandeurs »)
      On se relaxe, tout doucement mais sûrement 🙂
      Bisous

  5. Tu n’as pas à te justifier de ton impatience ! Il n’y a pas pire que de se réveiller chaque matin avec la peur de ne jamais avoir d’enfant ! Bon je croise bien sur à fond les doigts pour vous, et vous envoi tous pleins tous pleins de bonnes ondes.
    Et puisque tu es en mode « liseuse », je te conseille « les verrous inconscient de la fécondité » de Joëlle Desjardins. Très intéressant ! Tu m’en diras des nouvelles ! Bises et bon courage

    • Merci pour tes mots rassurants 🙂
      Je t’avoue que la piste psychanalytique de l’infertilité je la crains. ça me paraît très culpabilisant. Biquet et moi venons de familles unies sans soucis particuliers et même si ce n’était pas le cas, des millions de femmes de tous milieux familiaux tombent enceintes sans se poser de questions ou dénouer leurs noeuds familiaux (et autres) avant. Pendant presque 1 année nous n’y avons pas trop pensé, nous ne nous sommes pas pris la tête, nous sommes restés zen et pourtant, presque qu’un an plus tard nous en sommes toujours au même point. Les blocages inconscients, je refuse de m’y aventurer.
      Bises à toi aussi 🙂

  6. Pas super cool le McGentil pressé. Avec tout ce temps d’attente pour obtenir Graal, il peut bien consacrer le temps qu’il faut pour une IAC !
    Les petites disputes intercouples je crois qu’en PMA c’est inévitable :/
    Profite bien de tes vacances ! (en attendant je croise pour vous)
    Gros bisous

    • J’imagine que nos « petits soucis » ne doivent pas avoir grand intérêt pour le grand prof qu’il est mais quand même…
      Bisous et merci pour les croisages (croisades? croisouilles? croisillons? à quand un dico de la PMA??)

  7. Mais c est quoi ce roman de mauvaise gare serieusement??? Il devrait etre censuré par un collectif de Pmette. Les conseils de fertiles me sont de plus en pluq epidermiques, je te comprends. Allez, iac2: why not dude? Et ton doc’ de mauvais poil, tu t en tapes. C est vous qui etes dans l attente depuis 2 ans, pas lui… Big bisous biquette, profite surtout!!

  8. On choisit ses mais, pas sa famille… et on essaie de mieux choisir ses lectures !! Haha 😉
    Bonnes vacances à vous
    Bisettes

  9. Monsieur Biquet est pasé du côté obscur de la force ! Je suis contente que vous soyez partis et que vous profitiez de vos vacances, il a l’air chouette votre programme. En revanche, je veux que tu vires le mot culpabilité de ton vocabulaire PMA ! Ah oui et que peut être tu changes de lecture aussi 🙂 Des bisous !

  10. Pingback: Une petite ligne d’espoir | La ligne rose

Sois pas timide. Plus on est de fous, plus on rit.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s