Et donc… (compte-rendu de l’IRM et suite des opérations) – PART I

Celui avec du suspens

irm

Acte 1: L’IRM

Et donc, en ce dernier jour de l’an 2013, Biquette a rdv tôt le matin pour son IRM. La consigne est claire: pipi en se levant, puis plus pipi. La vessie doit être pleine. Forte de son expérience de la veille (l’échographie), Biquette est au taquet: ce n’est pas 1l mais bien 2l d’eau qu’elle avale et surtout pas 1h avant mais plutôt 2 (levée exprès pour ça!!). Et… 2h et 2 litres d’eau plus tard, Biquette doit faire pipi mais sa vessie farceuse n’est toujours pas pleine. Le radiologue, dont elle a brièvement fait la rencontre quelques minutes auparavant (ici), ne s’en tracasse pas. Ok, tout va bien. Biquette ne reverra plus le radiologue ensuite.

On installe Biquette (qui doit tjs faire pipi mais n’a tjs pas la vessie pleine) dans la machine, petit coussin sous les jambes, casque sur les oreils, catheter dans le bras avec d’abord un buscotruc (pour relâcher les intestins paraît) + produit de contraste qui sera injecté à distance (ah… la technologie moderne) lors de l’examen. On lui explique quelques trucs et on lui dit que ça devrait durer 15 minutes.

L’examen commence. Biquette n’est pas claustro. Elle compte les secondes dans sa tête pour s’occuper  … 18, 19, 20… cherche les traces de griffures éventuelles sur le trucs (ben oui, pour ceux qui auraient cherché à s’enfuir), … 150, 151, 152… y’en n’a pas: tout va bien! … 224, 225, 226… L’examen commence. … 264, 265, 266… C’est bruyant quand même … 276, 277, 278… et puis le truc se met à trembler et à vibrer… et pif, pouf patapoum, v’la-ty pas que la pauvre vessie se remplit d’un coup, complètement, comme ça. L’effet buscotruc? du temps? des vibrations? l’histoire ne le dit pas mais les minutes qui suivirent furent quand même dans les plus longues de toute la vie de Biquette, avec sa vessie pleine à rabord, prête à exploser!!!!

45 minutes plus tard (oui oui, 45 – ça fait compter jusque 2700, même si Biquette ne l’a pas fait, toute concentrée sur sa vessie qu’elle était), on sort enfin Biquette, au bord des larmes à cause de la douleur de la fameuse vessie enfin pleine, de l’IRM. Ils ont quand même remarqué qu’un truc clochait et on la dirige très vite, bras toujours catheterisé vers le WC (un jour j’vous raconterai une bonne blague belge/ française sur le pourquoi du comment on dit le ou les WC mais là n’est pas le moment). Biquette tente de demander un feedback sur l’examen mais ça lui est refusé. Ce sera donc suspens jusqu’à la semaine suivante. Aujourd’hui donc – tu suis toujours?

(et pour dans 20 minutes pour vous: je poste la suite très vite… )

 

EDIT: la fameuse blague :o)  [qui s’accorde plutôt bien au contexte « plomberie » de la suite de cet article d’ailleurs]

Pourquoi en France, dit-on « aller aux toilettes », alors qu’en Belgique, on dit « aller à la toilette »?

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

suspens…

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

Parce qu’en France, il faut en faire plusieurs avant d’en trouver une  propre! B-)

 

 

 

Publicités

24 réflexions sur “Et donc… (compte-rendu de l’IRM et suite des opérations) – PART I

Sois pas timide. Plus on est de fous, plus on rit.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s