Partagé depuis WordPress

Des gouttes d’eau pour Béné  – http://wp.me/p4Pkwn-35

Publicités

​Pour Pivoine, 

Pour tous les petits Anges envolés bien trop tôt, 

Pour tous les Mamans et Papas Anges, 

Pour toutes les petites étoiles ayant fait étinceler l’espoir dans le coeur de leurs parents l’espace d’un instant, 

Pour tous les parents sans enfant, 

Auteur anonyme

Ce que chaque ange dit à sa maman.

« Me glissant au creux du ventre de celle qui m’a tant désiré

Je ressens déjà son amour, le bonheur que je lui ai procuré,

J’entends son coeur qui bat, cette douce mélodie qui me berce,

Je sens la chaleur de ses mains, la tendreté de ses caresses.

Elle me parle, me dit combien elle m’aime,

Moi aussi maman, tu ne peux t’imaginer à quel point je t’aime,

Me voilà, simplement qu’un infime petit être,

Un petit être qui grandit de jour en jour et qui n’attend qu’à naître.

Mais que se passe t’il, que m’arrive t’il ?

Moi qui étais tellement bien, en sécurité, enveloppé,

Pourquoi me retire-t-on de ce nid qui m’était offert ?

Pourquoi m’enlève t’on la chance de vivre sur cette terre ?

Je ne sais pas où je me dirige, où je m’en vais,

Je ne comprends ce qui m’arrive, ce que j’ai fait,

Maman, je voulais tellement vivre et dans tes bras m’y retrouver,

Je ne t’ai que trop peu connu, mais tellement aimé.

Défilant devant la lune et les étoiles, je survole maintenant cette terre,

Côtoyant les nuages, je suis un petit ange dans cet immense univers,

Regrettant de tout coeur le malheur que vit ma mère,

Je ne cesse d’entendre sa voix qui m’appelle et qui m’espère.

Arrêtant devant ma maison, je regarde à la fenêtre,

C’est elle, qu’elle est belle, qu’elle est douce, elle était parfaite,

Je l’entends qui m’appelle, je ressens tellement son amour maternel,

J’entends ses prières, je l’entends supplier le ciel.

Maman, j’aimerais terriblement mettre un baume sur ton coeur,

Le soulager, car il est tellement meurtri par la douleur,

Je désirais sécher tes larmes et ne pas t’incomber ce malheur,

Revoir seulement ton sourire, celui qui était rempli de bonheur.

Je ne suis qu’un ange qui a seulement envie de se retrouver,

Dans les bras de celle qui m’était destiné,

Mais la vie, contre mon gré, en a décidé autrement, N’oublie jamais à quel point je t’ai aimé maman.

Blogger recognition award

Celui où j’étais en r’tard, en r’tard, en r’tard !

Petit rappel des règles, pour commencer :

  1. Remerciements de la personne qui vous a nominée

  2. Une brève histoire de votre blog

  3. Un ou deux conseils pour de nouveaux blogueurs

  4. Une sélection de 15 autres blogs à qui vous souhaitez donner le prix

 

Remerciements de la personne qui vous a nominée

Je suis zémuse 🙂

Je ne suis plus très présente sur la blogosphère et c’est avec beaucoup d’émotions que j’ai réalisé que j’étais toujours dans vos pensées.

Merci à Plume. La naissance du Plumeau est la première que j’ai vécue sur la blogosphère. Les nouvelles de ton petit bout ont toujours eu pour moi une saveur très particulière, parfumée d’espoir.

Merci à Zazounette. Je te souhaite que ce plan inattendu numéro 5 soit celui de la WIN !

Merci à dame Lapin. On se recontacte par mail pour signer le contrat qui liera enfin les familles Biquets et Lapins.

LaReine, l’animal de la ferme que je suis se sent tout petit devant ta noblesse. Je me contenterai donc d’un « bêêêêêêêê » reconnaissant.

PtBichon, merci pour cette nomination mais surtout pour ton soutien sans faille à toutes les pmettes, qu’elles soient sur le quai, dans le train ou arrivées à destination.

 

Une brève histoire de votre blog

Si je devais résumer en 1 mot la raison de l’ouverture de ce blog, ce serait sans aucune hésitation « solitude ».

Petit retour en arrière : Nous avons fêté notre premier anniversaire d’essais infructueux avec un mot  barbare: « tératospermie ». Des douleurs et saignements intempestifs ont fait de moi l’heureuse gagnante d’une recommandation chez un spécialiste de l’endométriose mais la liste d’attente est looooongue. Je suis en sous-marin les blogs PMA depuis quelque temps.

J’ai enfin obtenu un rdv avec une gynécologue spécialiste de l’infertilité et nous attendons avec craintes et impatience qu’elle nous explique les résultats du spermogramme. Nous aurons droit à « Il en suffit d’un », « Vous y pensez trop », « Vous n’avez pas d’endométriose puisque vos cycles sont réguliers » et même « Vous êtes probablement déjà enceinte ». Mon mari est rassuré (ou le début de l’opération nom de code AutrucheTêteDansLeSable), moi je bouillonne. À mon retour au boulot, j’apprends que ma collègue et sa sœur sont toutes les deux enceintes en C1 ou 2. J’implose.

J’écris mon premier article. Il se termine sur ces mots :

Mais au fond, Biquette, elle se sent laissée pour compte, très seule sur le bord de la route des bébés… Elle ne sait plus quoi faire. Alors, elle se dit qu’elle va confier tout son chagrin à un blog. Et qui sait, peut-être que quelqu’un qui passe par là trouvera les mots justes…

Un ou deux conseils pour de nouveaux blogueurs

Lorsque je découvre un nouveau blog, c’est toujours avec un mélange de sentiments : tristesse de voir ce quai qui ne désemplit pas, joie de savoir que le nouveau blogueur sera très vite adopté par la communauté. Si j’avais un conseil à donner, je pense que ce serait d’essayer d’agir avec bienveillance.

Une sélection de 15 autres blogs à qui vous souhaitez donner le prix

J’arrive un peu tard pour appliquer strictement cette règle du jeu.

Je préfère donc adresser de douces pensées à mes copinautes des premiers jours : Margou, Miss Smile, Miss Kangourou, Nounette, Ginette. Et puis, j’espère que la roue a enfin tourné pour mes lectrices de l’ombre : Pmette35, Charlotte, Cyrielle, et toutes les autres.  Pensée toute particulière finalement pour Lucette, mon premier contact avec la blogosphère (via la recherche quelque peu farfelue « Infertilité thèse » comme quoi :-D). J’espère que le Bolu se porte bien.

Quand l’enfant se fait attendre

Celui avec un super documentaire 

Quand l’enfant se fait attendre

Un reportage produit par France 4 et admirablement réalisé par Blandine Maire en 2012 (première diffusion en avril 2013 je crois). Pour ceux et celles d’entre vous qui ne le connaissent pas encore, je vous le conseille vivement.

L’infertilité et la PMA y sont abordées à travers des cas très différents et beaucoup d’entre nous s’y retrouveront. On y parle des fausses couches à répétition, des causes d’infertilité masculines, féminines et d’origine inconnue, du don d’ovocytes, des IAC, de la fécondation in vitro, de l’hyperstim, des proches, de la difficulté à voir des ventres ronds, et de plein d’autres choses. Ce documentaire a accompagné le début de notre parcours et est avec la blogo, une des précieuses ressources qui m’ont permis de sortir de ma solitude.  Je l’ai regardé et écouté en boucle. J’étais omnibulée par la suite des parcours des couples qui ont courageusement accepté de témoigner dans ce documentaire, en mode « Si ça marche pour eux, ça marchera pour moi aussi »  #CrazyUnJourCrazyToujours

Il y a une ou l’autre maladresse  (la grossesse spontanée après un déménagement… grrrrrrrrr) mais globalement, le sujet est vraiment bien traité, de manière très juste et vraie.

Synopsis

Pour diverses raisons, comme le passé médical, l’âge toujours plus tardif auquel les femmes ont leur premier enfant, le mode de vie ou l’alimentation, les troubles de la fertilité sont plus fréquents qu’avant et représentent toujours une véritable angoisse pour les couples concernés. Blandine Maire est allée à la rencontre de quatre couples qui ne parviennent pas à avoir un bébé naturellement. Pendant plusieurs mois, elle les a suivis dans leur combat pour donner la vie. Entre doutes, espoirs, déceptions et intenses moments de joie, mais avec pudeur et honnêteté, tous ont accepté de partager leur aventure intime au quotidien.

Un extrait de l’interview de Blandine Maire, qui en dit beaucoup sur sa démarche.

Quels autres messages souhaitez-vous véhiculer à travers le film ?

D’abord celui que l’infertilité – qu’elle soit masculine, féminine, les deux ensemble ou d’origine inexpliquée – est toujours une affaire de couple. Et que cette épreuve ne se vit pas seul, mais à deux, dans l’amour, le dialogue et la complicité. Il faut aussi et surtout se déculpabiliser. Se convaincre que nous ne sommes pas responsables, que nous n’y sommes pour rien et que nous ne sommes pas les seuls. L’autre information est qu’il ne faut pas hésiter à changer de médecin jusqu’à trouver quelqu’un avec qui l’on se sent en confiance et écouté. (…)